ArchLinux

Avant-propos

Petit guide rapide pour une installation rapide d’Archlinux.

Toutes les commandes à taper sont précédées du symbole >. Ce symbole n’est pas à taper.

Par exemple :

> whoami

Il faut taper uniquement whoami, sans le symbole >.

Note

Ne pas oublier d’appuyer sur la touche Entrée après avoir tapé la commande.

Prérequis

  • Une machine (physique ou virtuelle) ;
  • Un terminal (on va taper des commandes dedans) ;
  • Une bonne connexion Internet (on va télécharger des trucs) ;
  • Du temps libre (ça prendra bien plus que cinq minutes).

Avant l’installation

Télécharger (si ce n’est déjà fait) une image ISO d’installation d’ArchLinux.

Préparation de la machine virtuelle

Comme c’est pour des tests et que je ne veux pas allouer une machine rien que pour ça, toute l’installation est faite dans une machine virtuelle (ici, VirtualBox. sous Debian).

Création de la machine virtuelle

Dans Virtualbox, créer une nouvelle machine virtuelle.

  • Nom : peu importe (Archlinux-KM)

  • Quantité de RAM : 2048 Mo (2 Go)

  • Créer un disque virtuel maintenant

    • Type VDI
    • Dynamiquement alloué
    • Taille : 64 Go

La machine virtuelle est alors créée.

Configuration de la machine virtuelle

Tous les paramètres sont ceux par défaut, sauf ceux indiqués ci-dessous.

  • Section Système
    • Onglet Carte mère
      • Chipset ICH9
    • Onglet Processeur
      • 2 CPU
      • Activer PAE/NX coché
    • Onglet Accélération
      • Activer VT-x/AMD-V coché
      • Activer la pagination imbriquée
  • Section Affichage
    • Onglet Écran
      • Mémoire vidéo : 64 Mo
      • Activer l’accélération 3D coché
  • Section Stockage
    • Lecteur optique
      • Sélectionner l’image ISO d’installation d’Archlinux.

Démarrage de la machine virtuelle

Cliquer sur Démarrer (la VM).

Installation

Démarrage du système depuis le CD

À l’écran de démarrage, sélectionner Boot Arch Linux (x86_64).

Écran de démarrage (boot screen).

Après quelques instants, le message

Arch Linux 4.16.5-1-ARCH (tty1)

archiso login: root (automatic login)

apparaît.

Archlinux live démarré.

Disposition du clavier

La disposition du clavier est en qwerty.

Pour la disposition azerty, taper:

> loadkeys fr

La lettre A est sur la touche Q

Pour la disposition fr-bépo, taper:

> loadkeys fr-bepo

(Bon courage pour taper ça avec un clavier bépo, je triche parce que j’ai un clavier azerty en plus sous la main).

Contrôle de la connectivité internet

Vérifier la présence (ou non) du réseau, va la commande:

> ip a

Si une adresse IP autre que 127.0.0.1 apparaît (comme 10.0.2.15, 192.168.0.150), c’est bon.

Vérification de l'adresse IP de la machine.

Vérifier la connectivité réseau (en gros : est-ce qu’on a un accès internet) avec:

> ping -c 2 archlinux.org

Création des partitions

Il faut une partition / et une partition swap.:

> cfdisk /dev/sda
cfdisk, l'outil pour créer les partitions.

Lors du lancement de cfdisk, celui-ci va vérifier le type de partition présent sur le disque dur. Si aucun type n’est présent, un choix est alors proposé. Parmi les choix, on retrouve notamment gpt et msdos. Ici, pour des raisons de compatibilité/absence de prise de tête, on va choisir msdos.

Select label type

dos

Créer les partitions avec [ New ]

  • Partition Size : 60G
  • [ primary ]
  • [ Bootable ]
Création des partitions.

Sélectionner Free space

  • [ New ]
  • Partition Size: 4G (par défaut)
  • [Primary]
  • [Type]

Sélectionner

82 Linux swap / Solaris

Sélectionner ensuite [ Write ]

Taper

> yes

Sélectionner [ Quit ]

Les partitions ont été créées.

Formatage des partitions

Formater la partition / (/dev/sda1 de 60 Go) avec:

> mkfs.ext4 /dev/sda1
Formatage de la partition /.

Initialiser la partition de swap:

> mkswap /dev/sda2

Activer le swap:

> swapon /dev/sda2

Installation du système de base

Montage de la partition /:

> mount /dev/sda1 /mnt

Installation du système de base (contient le strict nécessaire pour fonctionner):

> pacstrap /mnt base base-devel

L’installation d’Arch Linux se lance (installation et mise à jour des paquets depuis Internet).

Le système est installé.

Configuration du système

Écrire le fichier fstab, qui sert à définir où sont les partitions et à quoi elles correspondent.:

> genfstab /mnt >> /mnt/etc/fstab

Vérifier le contenu avec:

> cat /mnt/etc/fstab
Contrôle du fichier fstab.

C’est bon ? On lance la choucroutte.:

> arch-chroot /mnt
chroot.

Définir le mot de passe pour le compte root:

> passwd

Saisir deux fois le mot de passe. Rien n’apparaît, c’est normal.

Installer grub:

> pacman -S grub-bios
Installation de grub (système).

Installer grub sur le secteur de démarrage:

> grub-install /dev/sda
Installation de grub sur le secteur de démarrage.

Générer le fichier de configuration de grub:

> grub-mkconfig -o /boot/grub/grub.cfg

Nommer la machine:

> echo minorin > /etc/hostname

Note

Ici, le nom de machine est minorin.

Définir la disposition du clavier par défaut

Pour une disposition azerty

> echo KEYMAP=fr > /etc/vconsole.conf

Pour une disposition bépo:

> echo KEYMAP=fr-bepo > /etc/vconsole.conf

Activer le réseau au démarrage:

> systemctl enable dhcpcd

Définir la zone horaire:

> ln -sf /usr/share/zoneinfo/Europe/Paris /etc/localtime

Sortir du chroot:

> exit

Démonter la partition:

> umount /dev/sda1

Redémarrer:

> reboot

Avertissement

N’oubliez pas d’éjecter le disque d’installation.

Démarrage d’Archlinux depuis le disque dur

Le système de base est installé. Cependant, il reste des choses à configurer.

Mais d’abord, démarrons Archlinux, en sélectionnant l’entrée dans le chargeur de démarrage (GRUB).

GNU GRUB.

Si tout s’est bien passé, l’écran suivant devrait s’afficher :

Arch Linux 4.16.9-1-ARCH (tty1)

minorin login: _

Ouvrir une session avec le compte root

Ouverture d'une session en mode texte.

Vérifier si la machine est connectée à Internet:

> ping -c 2 archlinux.org
Vérification de la connectivité.

Installation du son, de l’environnement graphique (ici xfce 4):

>  pacman -S alsa-utils xorg-server xorg-xinit xorg-twm xfce4 pavucontrol pulsiaudio lightdm lightdm-gtk-greeter xfce4-goodies accountsservice ttf-dejavu

À la question « There are 16 members in group xfce4 », appuyer sur la touche Entrée (all, tout installer). Idem pour xfce4-goodies.

À la question « There are 2 providers available for libgl », répondre 1 (2 uniquement si on a une carte nvidia, avec les drivers propriétaire. Cf. documentation, ce n’est pas couvert par ce tutoriel).

Installation des paquets.

Un récapitulatif de ce qui sera installé apparaît. Appuyer sur la touche Entrée pour valider.

Note

Il manquait quelques paquets quand la capture a été prise. Ils ont été ajoutés par la suite. La commande a été corrigée.

Ajout d’un compte utilisateur

Utiliser un système GNU/Linux avec un compte root au quotidien, c’est mal. Très mal. Donc, il faut créer un compte utilisateur.

Pour créer un compte, taper:

> useradd -m -g users -G storage,power,wheel alex

Créer un mot de passe pour le compte utilisateur:

> passwd alex

Activer sudo:

> EDITOR=nano visudo

Supprimer le # devant la ligne:

%wheel ALL=(ALL) ALL

Appuyer sur Ctrl X puis Y pour sauvegarder.

Configuration de la langue par défaut

Activation de la langue française:

> nano /etc/locale.gen

Supprimer le # devant la ligne:

fr_FR.UTF-8 UTF-8

Appuyer sur Ctrl X puis Y pour sauvegarder.

Taper ensuite la commande:

> locale-gen

Et pour l’activer:

> echo LANG="fr_FR.UTF-8" > /etc/locale.conf

Disposition du clavier pour le mode graphique

Taper

> nano /etc/X11/xorg.conf.d/00-keyboard.conf

Écrire à l’intérieur du fichier :

Section "InputClass"
    Identifier "system-keyboard"
    MatchIsKeyboard "on"
    Option "XkbLayout" "fr"
    Option "XkbModel" "pc104"
    Option "XkbVariant" "oss"
EndSection
Configuration de xorg pour un clavier azerty.

Pour une disposition bépo, remplacer oss par bepo:

Option "XkbVariant" "bepo"
Configuration de xorg pour un clavier bépo.

Ouverture de session en mode graphique

Démarrage automatique de l’interface de connexion graphique.:

> systemctl enable lightdm

Démarrage de l’interface de connexion graphique.:

> systemctl start lightdm

Si tout se passe bien, l’interface de connexion graphique devrait apparaître.

Lightdm

Avertissement

S’il y a une erreur dans la configuration de xorg, ou si un pilote manque, alors ici, on aura un écran noir. Pas de panique, il suffit d’appuyer sur ctrl + alt + F2 pour basculer sur un tty. Se connecter en root et arrêter lightdm via la commande suivante :

systemctl stop lightdm

Regarder ensuite les logs de xorg situés dans /var/log et chercher les erreurs.

Ouvrir une session

Sélectionner l’utilisateur, puis taper le mot de passe.

XFCE4 devrait alors démarrer.

Environnement graphique XFCE

Installer Firefox:

> sudo pacman -S firefox

Installation d’aurman

aurman est un outil permettant d’installer facilement les paquets depuis AUR.

Dans un terminal (avec le compte utilisateur), créer un répertoire build/aurman:

> mkdir -p build/aurman

Se déplacer dedans:

> cd build/aurman

Récupérer le fichier PKGBUILD:

> curl https://raw.githubusercontent.com/polygamma/aurman/master/PKGBUILD -o PKGBUILD

Créer le paquet:

> makepkg --syncdeps
> makepkg --install

Note

Si makepkg –syncdeps a effectué l’installation d’aurman, alors il n’est pas nécessaire de taper makepkg –install.

Vérifier si aurman est correctement installé:

> aurman

Si le message suivant apparaît, c’est bon.:

::aurman --help or aurman -h

Sortir du répertoire build:

> cd

Archlinux est installé et prêt à être utilisé.

Note

La documentation a été écrite le samedi 2 juin 2018.